Pourquoi ce livre ?

De Beaux Jours A Venir est le premier roman de Megan Kruse, auteure américaine. J’ai découvert ce livre en me baladant sur le site des éditions 10/18. Comme d’habitude avec cette maison d’édition, j’ai d’abord été attirée par la couverture que je trouve très jolie. C’est ensuite le résumé de l’histoire qui, malgré son aspect très dur, a fini de me convaincre.

L’histoire de De Beaux Jours À Venir

Dans ce roman, nous découvrons l’histoire d’une famille brisée où chacun vit dans la peur et la douleur. La cause ? Gary, l’époux d’Amy et le père de Lydia et Jackson. Violent et lunatique, il maltraite régulièrement Amy et terrorise ses enfants. La famille vit dans une angoisse constante, se demandant ce qui provoquera sa prochaine grosse colère. Déterminée à sortir de cet enfer, Amy décide de tenter une énième fuite en embarquant Lydia et Jackson dans un motel à quelques kilomètres. Malheureusement, Jackson, adolescent perdu et fragile, en quête de l’amour paternel rentre chez lui et révèle leur cachette à Gary. Amy se voit alors contrainte de prendre une décision très dure : fuir à nouveau avec Lydia, en laisse Jackson derrière elles.

Mon avis sur De Beaux Jours À Venir

De Beaux Jours À Venir est définitivement un très beau roman. En revanche, c’est une lecture très dure, sombre, presque déprimante.

D’une part, par les thèmes abordés. Comme expliqué dans le résumé, il est question de violence physique et morale mais pas seulement ! Megan Kruse parle aussi de culpabilité, notamment celle éprouvée par Amy qui a dû abandonner son fils, mais aussi celle de Jackson qui a trahi sa mère et sa soeur. L’auteur évoque aussi le déchirement et de manque éprouvés par Lydia, qui était jusqu’alors très proche de son frère, qu’elle considérait comme un protecteur. Jackson quant à lui doit faire face à la solitude et au rejet, provoqués par l’abandon de sa famille mais aussi par son homosexualité.

D’autre part, cette impression de tristesse et de négativité est aussi transmise via la plume de Megan Kruse que j’ai trouvé très poétique, voire même mélancolique. Le rythme est lent et laisse place à de nombreuses descriptions. En temps normal, ce sont des choses que j’apprécie moyennement dans un roman mais bizarrement, ça ne m’a pas plus gênée que ça dans celui-ci. Il faut dire que Megan Kruse a un style bien à elle et pour lequel j’ai eu un coup de coeur.

Les personnages, quant à eux, sont très attachants et « réels ». En effet, les chapitres alternent les points de vues de Lydia, Amy et Jackson ce qui nous permet de nous sentir très proches d’eux, de les comprendre d’avantage. Ce sentiment est renforcé, encore une fois grâce à l’écriture de l’auteure, qui est tellement poignante, que nous avons vraiment l’impression de ressentir l’émotion des personnages.

Autant vous dire que ma lecture de ce roman a été très lente. J’ai beau l’avoir beaucoup aimé, je pense que c’est un roman qu’il faut prendre le temps de lire et apprécier. On n’est pas dans une histoire pleine de rebondissements, au rythme haletant. On est dans quelque chose de plus lent, de plus réaliste, de plus triste, le tout servi par une plume tout en délicatesse et en poésie.

Author

Write A Comment