L’auteur : Elena Ferrante

Malgré le mystère qui entoure cette auteure, je pense que je n’ai plus besoin de présenter Elena Ferrante et sa saga L’amie Prodigieuse. Les livres ont beaucoup fait parler d’eux et tout le monde attendait avec impatience la conclusion de cette saga napolitaine ! Pour ma part, je me suis empressée de commander L’Enfant Perdue dès sa sortie et c’est pleine d’attentes que j’ai commencé ma lecture. Si jamais vous ne connaissez pas encore cette fabuleuse saga, je vous invite à découvrir mes critiques sur les précédents tomes : L’Amie Prodigieuse, Le Nouveau Nom et Celle Qui Fuit et Celle Qui Reste.

L’histoire de L’Enfant Perdue

Comme d’habitude, on retrouve Elena et Lila, devenues adultes. Elena, jouissant d’un statut d’écrivain à succès, rejette sa vie de mère de famille et se laisse aller à son histoire passionnelle avec Nino, l’homme qu’elle aime depuis toujours. Lila, de son côté, est restée à Naples et connait le succès dans son entreprise informatique fondée avec Enzo. Les deux femmes ne sont plus aussi proches qu’avant. Malgré les efforts de Lila pour revenir vers Elena, cette dernière préfère rester loin d’elle, craignant les réflexions acerbes de son amie sur son bonheur. Mais lorsque le monde d’Elena s’effondre, elles vont finalement finir par se retrouver.

Mon avis sur L’Enfant Perdue

Dans L’Enfant Perdue, la relation entre les deux femmes est toujours aussi complexe. Conflictuelles et fusionnelles  à la fois, les deux amies passent du rire aux larmes, de la bonne entente aux remarques acerbes en un clin d’oeil. Mais en fin de compte, lorsque l’une se retrouve dans le besoin, l’autre est toujours présente pour lui venir en aide, et c’est ce qui fait la beauté de cette amitié. J’ai beaucoup aimé l’évolution qu’a pris leur relation dans ce dernier roman. Toutes les deux mères de plusieurs enfants, je trouve que, dans certains passages, davantage de douceur ressortait de leur amitié.

Au-delà de l’amitié, ce roman aborde de nombreux thèmes. Elena Ferrante parle énormément de la condition féminine. Comment une épouse et mère peut-elle allier sa vie de famille, son épanouissement personnel et ses aspirations professionnelles ? Elle évoque aussi beaucoup les liens familiaux via la relation d’Elena avec sa famille. En fil rouge, le livre aborde également beaucoup la situation économique et sociale de l’Italie. N’étant pas une experte du sujet, j’avoue avoir été parfois un peu perdue dans toutes ces problématiques mais cela n’a pas gêné ma lecture plus que ça.

Mais aussi et surtout, comme son titre l’indique, la perte est un des thèmes principaux. De nombreux personnages doivent faire face à la perte de leurs proches, des personnages présents depuis le premier livre disparaissent ou meurent, des amitiés se détériorent et des couples se brisent. Chacun à leur façon, les personnages vont devoir faire face à la perte de quelque chose. C’est pour cette raison, qu’au fil de ma lecture, j’ai trouvé ce dernier roman de plus en plus sombre. Le début relate la vie sans souci d’Elena qui file le parfait amour avec Nino, voyage dans toute l’Europe, connait le succès grâce à ses écrits.

Mais progressivement, ce joli tableau s’effondre et Elena se retrouve confrontée à la dure réalité. Nino n’est pas l’homme idéal qu’elle défendait depuis toujours, ses filles, qu’elle avait délaissées au profit de son épanouissement personnel, lui manquent, et sa maison d’édition n’a pas l’intention d’attendre éternellement ses prochains écrits. De son côté, Lila n’a jamais eu une vie facile et n’est jamais parvenue à être réellement heureuse. Incapable d’apprécier les aspects positifs de sa vie, elle se remet perpétuellement en question et se torture l’esprit avec des questionnements incessants. La tragédie qui la touchera dans ce dernier roman ne fera qu’accentuer ce côté instable.

En refermant ce livre, beaucoup de points restent assez obscurs. Le lecteur n’obtient pas les réponses à toutes ses questions mais au final, est-ce vraiment une mauvaise chose ? Je n’arrive pas à me décider. Lila est et restera un personnage énigmatique, un énorme point d’interrogation. Qui est-elle réellement ?

Seul bémol pour moi : tous ces personnages. Je ne sais pas pour vous, malgré le reminder des protagonistes au début du livre, j’ai souvent été perdue ! Il est vrai aussi que j’ai lu les trois premiers romans il y a un petit moment. Peut-être les liens entre les personnages sont plus clairs lorsque l’on lit tout d’une traite ?

En tout cas, c’est emplie de tristesse que j’ai achevé ma lecture et que j’ai dit au revoir à ces deux héroïnes qui m’ont offert des heures de lecture effrénée. L’Amie Prodigieuse est vraiment une saga qui aura marqué ma vie de lectrice et que je prendrai plaisir à relire dans quelques années !

Si vous souhaitez l’acheter, c’est par ici 🙂

Author

Write A Comment