Mon Chien Stupide
Mon Chien Stupide de John Fante

L’auteur : John Fante

Pour être honnête, avant de lire Mon Chien Stupide, je ne connaissais que très peu John Fante. Immigré italien, écrivain américain mort en 1983, il raconte, dans ses romans, ni plus ni moins que ses propres expériences à travers ses deux personnages phare Bandini ou Molise. Génie incompris, la plupart de ses romans n’ont pas été reconnus de son vivant. Pour ma part, c’est en me baladant sur le site des éditions 10/18 que ce roman au titre intriguant et à la couverture dorée a attiré mon attention.

L’histoire de Mon Chien Stupide

Dans ce livre, on fait la connaissance de la famille Molise qui est au bord de l’implosion. Il y a d’abord le père, Henri, écrivain raté en fin de carrière qui ne rêve que d’une seule chose : faire ses valises et démarrer une nouvelle vie, seul, dans son Italie natale. Il y a ensuite Harriet, la mère, qui s’occupe de tout à la maison et tente de faire plaisir à ses quatre enfants. Tous déjà grands, aucun n’a vraiment quitté le domicile familial. L’aîné, Dominic, s’est engagé dans l’armée et passe son temps à coucher avec des femmes noires, au grand dam de ses parents. Le second, Denny, manipule sa mère pour qu’elle écrive ses travaux à l’université et tente par tous les moyens d’échapper à la conscription militaire. La seule et unique fille, Tina, vit au gré des envies de son copain, ancien militaire reconverti en surfeur, qui passe son temps à vider le frigo de la maisonnée. Enfin, Jamie, le cadet, ne fait pas d’histoire et paraît être le seul enfant un peu censé dans cette fratrie. Au milieu de tout ça, débarque alors Stupide, un énorme chien obsédé et hystérique qui va, contre toute attente, être à l’origine des remises en question de chacun.

Mon avis sur Mon Chien Stupide

Avec son style unique et sa plume cinglante, John Fante nous dresse ici le portrait d’une famille inoubliable et complètement déjantée. Les personnages sont attachants, drôles. Les situations cocasses s’enchaînent ponctuées par des répliques cinglantes et des dialogues aux petits oignons.  Et que dire de Stupide ? Énorme chien japonais à tête d’ours, impossible de ne pas l’aimer. Il provoque l’explosion de la famille mais finalement aussi, la prise de conscience d’Henri. Après des années passées à souhaiter la tranquillité et le départ de ses enfants, le bonheur ne réside-t-il finalement pas dans cette famille qu’il désire tant laisser derrière lui ?

J’ai eu un véritable coup de coeur pour l’écriture de John Fante. J’ai trouvé sa plume à la fois facile à lire, travaillée et pleine de mordant.  Un des passages m’ayant le plus marqué est celui opposant Rommel, le berger allemand du quartier, à Stupide. C’est tellement bien écrit, tellement drôle, d’une efficacité remarquable ! Encore maintenant, quand j’y repense, j’ai le sourire aux lèvres.

Très court, ce livre se lit presque d’une traite. Drôle, ironique, sensible, et explosif, Mon Chien Stupide se dévore comme un bonbon et nous laisse un goût doux et amer à la fois dans la bouche !

 

Author

Write A Comment