Pourquoi ce livre ?

Je vous parle aujourd’hui de Carnets Noirs de Stephen King. Ce livre est le second opus de la trilogie centrée sur l’enquêteur Bill Hodges. J’avais beaucoup apprécié Mr Mercedes, le premier tome. C’est donc pleine d’attente que j’entamais ma lecture ! Et pour le coup, je n’ai pas été déçue. J’ai d’ailleurs du me retenir pour ne pas enchainer directement sur la lecture de Fin de Ronde. Mais je me suis dit que je préférais digérer ce second livre et faire durer le plaisir 🙂

L’histoire de Carnets Noirs

Je n’ai pas encore eu l’occasion de lire Misery (honte à moi, mais il est dans ma pile à lire), mais je peux quand même vous dire que dans Carnets Noirs, Stephen King aborde le même thème : le pouvoir de la fiction et l’obsession d’un fan pour une célébrité.

En effet, le livre nous raconte l’histoire de Morris Bellamy, un fan inconditionnel du célèbre auteur John Rothstein. A tel point, que Bellamy décide de tuer l’écrivain lorsque celui-ci prend sa retraite sans avoir donné le destin mérité à son héros fictif favori. Il profite de cet assassinat pour récupérer la fortune de Rothstein mais aussi et surtout des dizaines de carnets noirs, remplis d’écrits inédits de l’auteur. Malheureusement, Bellamy n’aura pas l’occasion de se plonger dans la lecture des précieux carnets et c’est Pete Saubers, un jeune étudiant dont la famille a été victime du tueur à la Mercedes, qui va mettre la main dessus. À partir de là, l’intrigue ne fait que monter crescendo et Bill Hodges va devoir intervenir pour remettre de l’ordre dans tout ça.

Je ne vous en dis pas plus ! Mais pas d’inquiétude, si vous n’avez pas lu Mr Mercedes, sachez que la lecture de Carnets Noirs est tout de même possible. Certes, l’intrigue a lieu dans la même ville et on retrouve de nombreux personnages issus du premier livre mais ce second tome peut, à mon sens, vivre indépendamment.

Mon avis sur Carnets Noirs

On retrouve avec plaisir l’équipe de choc formée par Bill Hodges, Holly et Jerome. Le trio est plus soudé que jamais et leurs compétences respectives en fait un trio à toute épreuve. Avec cette intrigue, le King nous offre aussi une galerie de nouveaux personnages très intéressants. Je me suis beaucoup attaché à Pete, un adolescent passionnée de littérature et prêt à de nombreux sacrifices pour aider sa famille. Mais par dessus tout, j’ai adoré Morris Bellamy !

Stephen King nous plonge avec talent dans l’esprit de ce dernier qui est, on peut le dire, complètement taré. J’ai trouvé très intéressant la manière dont ses pensées et ses intentions sont décortiquées. Le lecteur se rend vraiment compte de la folie qui habite ce personnage. Malgré tout, j’ai réussi à trouver Bellamy « attachant » vers la fin et j’ai même pu le comprendre à certains moments. Finalement, il n’est rien d’autre qu’un homme désespéré qui veut juste suivre les aventures de son héros préféré. Sauf que lui, il est prêt à tuer pour ça, ce qui fait de lui un psychopathe.

Carnets Noirs n’est peut-être pas le meilleur livre du King, je le préfère dans un registre plus fantastique, plus sombre. Mais il nous livre avec ce thriller un bel hommage à la lecture, à l’écriture et à la force des mots.

 

Author

Write A Comment