À mon tour de donner mon avis sur Le Gang Des Rêves, le fabuleux roman de Luca Di Fulvio. Auteur italien, il a déjà écrit plusieurs livres dans des domaines très variés, allant du thriller au fantastique. Mais c’est avec Le Gang Des Rêves qu’il connaît son plus gros succès. Le livre est sorti en 2016 en France et depuis, il bénéficie d’un bouche à oreille plus que positif !

Comme beaucoup de gens, j’ai été totalement conquise par ce livre qui restera une de mes lectures marquantes de l’année. C’est simple, j’avais du mal à le reposer. J’ai dévoré ce pavé de presque 1000 pages en un peu plus de deux jours (bon ok, j’étais en vacances, ça m’a beaucoup aidé). Vu la taille conséquente du bouquin, je vais essayer de vous résumer brièvement l’histoire. Je ne rentre volontairement pas dans les détails afin de ne pas vous spoiler !

On retrouve donc Cetta, jeune italienne qui, après s’être fait violée et avoir accouché d’un enfant, Natale, décide de s’enfuir pour les Etats-Unis, bébé sous le bras, afin de vivre ses rêves. Une fois arrivée à Ellis Island, son enfant est renommé Christmas et Cetta se retrouve à faire la prostituée dans un bordel du Lower East Side. Déterminée à donner le meilleur avenir possible à son fils, Cetta, armée de sa détermination, se bat tous les jours pour lui offrir un toit, une éducation et des valeurs morales.

Le livre est scindé en deux parties. Dans la première, on suit d’un côté, Cetta lors de son arrivée à New York avec son bébé Christmas, et de l’autre côté, les aventures de Christmas au milieu des gangs dans les années 20, alors qu’il est âgé d’une dizaine d’années. La seconde partie du livre, quant à elle, se concentre plus sur Christmas lors de sa vie de jeune adulte.

Une des forces de ce roman est, à mon sens, ses personnages ! J’ai lu énormément de livres, mais j’ai rarement été autant conquise par les personnages. Chacun d’entre eux ont une réelle personnalité, un charisme, un petit truc en plus. Ils sont à la fois réalistes, attachants, drôles, horribles, cruels, courageux,… Il y a une véritable richesse et une véritable profondeur dans les personnages de Luca Di Fulvio. Sa description de leurs joies, leurs peines, leurs doutes, leurs peurs est juste et précise, rendant l’ensemble du roman encore plus réaliste et vivant.

Au-delà des personnages, l’écriture de Luca Di Fulvio est simple et poignante, sa capacité à raconter des histoires est telle qu’on se retrouve complètement happés dans cet univers. On vit une véritable immersion dans le NY des années 20, captivant, magique et cruel à la fois. Via le contexte de l’époque, de nombreux sujets sont abordés que ce soit les problématiques raciales, l’immigration, l’émergence de la mafia, la naissance d’Hollywood, l’évolution du cinéma et de la photographie,… Le Gang des Rêves est un roman d’une richesse incroyable.

Mais c’est aussi un roman très violent ! Au vue du titre et du résumé, on pourrait penser tomber sur une histoire mielleuse mais dès les premières pages, on se rend très vite compte que c’est tout l’inverse. Dans ce roman, la violence est omniprésente : violence physique, violence morale, violence sexuelle, violence raciale. Le personnage de Bill incarne parfaitement cet aspect de l’histoire. Certains passages du livre, racontés depuis son point de vue, sont très durs à lire. Le vocabulaire est direct, cash, sans fioritures. Malgré tout, cette violence est nécessaire pour mieux comprendre le contexte dans lequel évoluent les personnages.

J’ai terminé le roman ce matin et autant vous dire que je suis triste ! C’est une sensation que j’adore et que je déteste à la fois. Que j’adore car c’est signe d’un vrai gros coup de coeur, mais que je déteste aussi car je quitte à regret une histoire dans laquelle j’ai adoré me plonger et qui restera très longtemps dans un coin de ma tête.

Bref, je pourrais continuer encore longtemps à déblatérer sur ce livre. Mais je n’ai qu’un conseil à vous donner, lisez-le, vous n’allez pas le regretter !

 

 

Author

Write A Comment