Ça y est ! 🙂 Après avoir observé cette couverture intrigante pendant des mois dans le métro parisien, je me suis enfin lancée dans la lecture de Vernon Subutex de Virginie Despentes.

Auteur et réalisatrice, cette dernière a exercé des dizaines de métiers différents qui lui ont inspiré autant d’ouvrages sulfureux et sujet à la polémique. Je ne suis pas complètement familière avec l’univers de Despentes, mais je peux d’ores et déjà dire que je veux en découvrir plus et que je le trouve déjà fascinant.

Le jour où Alex Bleach, star de la chanson, meurt d’une overdose dans sa chambre d’hôtel, Vernon ne perd pas seulement un ami mais aussi l’argent de celui qui payait son loyer. Autrefois disquaire passionné par le rock, les finances de Vernon se sont compliquées lorsqu’il s’est retrouvé contraint de mettre la clé sous la porte. Survivant jusqu’à maintenant grâce à la revente d’objets sur internet et les maigres aides de l’État, la disparition d’Alex accélère sa descente aux enfers : mis à la porte de son petit appartement parisien, il demande l’aide et l’hébergement d’anciennes connaissances, sans pour autant leur expliquer qu’il est à présent sans domicile.

Vagabondant dans Paris et vivant au jour le jour, Vernon ignore totalement qu’il est en parallèle devenu l’objet de convoitises. En effet, ayant appris que Vernon a en sa possession des confessions inédites d’Alex Bleach en vidéo, de nombreuses personnes se mettent à sa recherche afin de tirer profit de ces précieux enregistrements.

En ce qui me concerne, j’ai eu un véritable coup de coeur pour le personnage de Vernon, un quadragénaire sympathique, un anti-héros à la fois cool et attachant, le genre de personnes dont on se sent automatiquement proche et que l’on est obligé d’apprécier. À travers les aventures de Vernon, Virginie Despentes dresse le portrait de dizaines de personnages différents, contrastés, mais tous aussi passionnants les uns que les autres : une célibataire folle et jalouse, une star du porno transexuelle, un trader accro à la coke, l’étudiante voilée, un scénariste de droite,… Autant de personnages hauts en couleur représentant à la perfection les relations humaines et les sentiments qui en découlent : jalousie, colère, abandon, mal-être, peur, tristesse, amour, amitié, compassion, culpabilité,… Il n’y a pas à dire, tout y passe ! Et qu’est-ce que ça donne juste ! Le roman raconte avec justesse notre époque et nous plonge sans ménagement au coeur de Paris. Virginie Despentes utilise des phrases courtes et impactantes, adopte un ton cash, cru, parfois dérangeant, le tout avec une bonne dose de sexe, de drogues et de rock’n’roll.

En bref, soit on aime, soit on n’aime pas mais pour ma part je suis conquise ! Le tome 2 trône déjà fièrement dans ma pile à lire.

Author