Et hop, me voilà enfin à jour dans la saga d’Elena Ferrante !

On retrouve dans ce troisième opus nos deux héroïnes mais cette fois-ci, à l’âge adulte, dans les années 70. Celle qui fuit : Elena, et celle qui reste : Lila. Dans un climat socio-politique tendu, où les attentats, les manifestations, la violence et les revendications féministes sont monnaie courante, l’amitié des deux femmes sera mise à rude épreuve.

Elena, marié à un universitaire réputé, voit son roman publié et côtoie l’élite intellectuelle des années 70 tandis que Lila, qui est parvenue à se libérer de Stefano, est ouvrière dans une usine de salaison et se trouve une âme de syndicaliste. Néanmoins, tout n’est pas tout rose pour Elena. D’un côté, le déclin de l’engouement pour son premier livre ravive les doutes sur ses capacités et la bloque dans l’écriture d’un second. De l’autre, son mariage et la maternité ne la stimulent plus et la confinent dans des tâches de femmes au foyer. Sans compter un autre bouleversement : le retour de Nino dans sa vie. Lina, quant à elle, fera tout pour quitter l’usine où les conditions de travail sont déplorable. Grâce à Enzo, elle se découvrira une nouvelle passion dans laquelle elle se lancera à corps perdu et qui parviendra à changer sa condition sociale.

Dans ce tome 3, les deux jeunes filles se voient de plus en plus rarement. Loin l’une de l’autre, leur amitié s’effrite, les liens d’autrefois se relâchent et les vieilles rancoeur refont parfois surface. Leurs parcours ont pris des trajectoires opposées et leurs intérêts communs se font de plus en plus rares. Malgré tout, chaque retrouvaille fait renaître leur complicité d’antan.

Comme d’habitude, Elena Ferrante parle d’amitié comme personne. Elle décrit avec justesse les sentiments de ses personnages, à qui l’on s’attache du coup très facilement. En revanche, j’ai parfois regretté de suivre leur amitié exclusivement à travers le prisme politique et sociologique de l’Italie. Même si j’ai beaucoup apprécié cet aspect là dans les deux premiers tomes, je l’ai trouvé un peu trop présent dans le troisième. Bien sur, c’est aussi la période de l’histoire qui veut ça…

J’ai beaucoup apprécié ce roman qui se lit très facilement mais ne l’ai pas autant aimé que les deux premiers romans qui étaient de réels coups de coeur et que j’avais littéralement dévoré. J’attends tout de même avec impatience le quatrième et dernier roman de cette saga et je serai très certainement dans les starting blocks pour aller l’acheter !

 

Author